Dimanche 19 septembre à 17 h au château

Pascal AMOYEL, piano

À 10 ans, lorsqu’il commence ses études de piano à l’École Normale de Musique de Paris, il est vite remarqué par Gyorgy Cziffra qu’il suit en France et en Hongrie. À 17 ans, après un baccalauréat scientifique, il décide de se consacrer entièrement à la musique. Parallèlement à ses études il se produit en improvisant dans des cabarets de Montmartre. Il obtient une Licence de concert à l’École Normale de Paris (classe de Marc André), les Premiers Prix de Piano et de Musique de chambre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris (classe de Jacques Rouvier et Pascal Devoyon), devient Lauréat de la Fondation Menuhin et Lauréat de la Fondation Cziffra, puis remporte le Premier Prix au Concours International des Jeunes Pianistes de Paris. Il reçoit également les conseils de Daniel Blumenthal, Aldo Ciccolini, Lazar Berman, Maria Curcio, Véra Gornostaeva, Dominique Merlet, Dériré N'Kaoua, Jacqueline Landowski, Lev Naoumov.

Il obtient une Victoire de la Musique, et son Intégrale des Nocturnes de Chopin, unanimement saluée par la critique, est récompensée par un Grand Prix du Disque à Varsovie par la prestigieuse Société Chopin pour son intégrale aux côtés de Martha Argerich et de Nelson Freire.

Il se produit alors sur les plus grandes scènes : Philharmonie de Berlin, Muziekgebouw d’Amsterdam, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Cité de la Musique et Salle Pleyel à Paris, États-Unis, Canada, Russie, Chine, Corée…

Ses enregistrements seul ou avec la violoncelliste Emmanuelle Bertrand ont obtenu les plus hautes récompenses: Gramophone, Cannes Classical Awards, ffff de Télérama, meilleur disque de l’année de la chaîne Arte, Diapason d’Or de l’année, «Choc» du monde de la Musique, 10 de Classica, Grand Prix annuel de la critique allemande…

Compositeur, Pascal Amoyel est Lauréat de la Fondation Banque Populaire. Il est notamment l’auteur du cycle "Job, ou Dieu dans la tourmente" et de "Lettre à la femme aimée au sujet de la mort" (sur des poèmes de Jean-Pierre Siméon).

Il s’investit aussi dans la création de nouvelles formes de concert: son spectacle « Block 15, ou la musique en résistance » (mise en scène Jean Piat), qualifié de « recherche très pure et très touchante » par Peter Brook, a obtenu un très vif succès et a fait l’objet d’une adaptation pour France Télévisions. Il a écrit et créé les seuls en scène « Le pianiste aux 50 doigts, ou l'incroyable destinée de Gyorgy Cziffra », « Le jour où j’ai rencontré Franz Liszt », et « Looking for Beethoven » (mises en scène Christian Fromont) qui ont été joués à guichets fermés au festival d’Avignon et durant plusieurs mois au Théâtre Le Ranelagh à Paris. Il est également l'auteur du spectacle familial « Une petite histoire de la grande musique ».

Pédagogue recherché, il est Professeur de piano et d’improvisation au CRR de Rueil-Malmaison et donne régulièrement des master classes, conférences et ateliers en France (CNSM de Paris, Sciences-Po), en Russie (Conservatoire Tchaikovski à Moscou), aux Etats-Unis ou en Corée. Il a créé le "Juniors Festival" dont les enfants sont les acteurs, y compris ceux porteurs de handicaps. Il dirige le festival Notes d’automne qu’il a créé, et est le commanditaire d’une cinquantaine de créations musico-littéraires (avec Jean-Pierre Marielle, Barbara Hendricks, Nathalie Dessay, Patrick Bruel, Anne Roumanoff, Jacques Gamblin, Richard Bohringer…). Auteur de l’ouvrage Si la musique t’était contée (bleu nuit éditeur), il a produit une série d’émissions sur France Culture intitulées « Une histoire de la musique ». 

Premier Grand Prix Arts-Deux Magots récompensant « un musicien aux qualités d’ouverture et de générosité », Prix Jean Pierre-Bloch de la Licra pour « le rapport aux droits de l’homme dans son œuvre », il est le parrain de l’association APTE, qui dispense des cours de musique à des enfants autistes. Il a été élevé aux grades de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres, et de Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques.

Drapeau anglais.jpg

Emmanuelle BERTRAND, violoncelle

 

Personnalité rayonnante et généreuse, Emmanuelle Bertrand est reconnue comme une figure incontournable du violoncelle européen. Elue « artiste de l’année » en France par le magazine Diapason et les auditeurs de France Musique (2011), Diapason d’Or de l’année pour son disque Le violoncelle parle, elle a été révélée au grand public par une Victoire de la Musique en 2002. En 2017 l’Académie des Beaux-Arts lui décerne le prestigieux Prix d’Interprétation Simone et Cino Del Duca.

Après ses études aux Conservatoires Supérieurs de Lyon et Paris, elle reçoit de nombreuses distinctions: lauréate du Concours International Rostropovitch, Premier Prix du Concours de Musique de Chambre du Japon, Prix de l’Académie Internationale Maurice Ravel... 

Dès 1999 elle travaille avec le compositeur Henri Dutilleux qui parle d’elle comme d’une « véritable révélation ». Elle est dédicataire d’œuvres de Nicolas Bacri, Édith Canat de Chizy, Pascal Amoyel, Bernard Cavanna, Benoit Menut ou Thierry Escaich. Elle a également donné en première mondiale Chanson pour Pierre Boulez de Luciano Berio. 

En tant que soliste, on a pu l’entendre notamment avec l’Orchestre Symphonique de Lucerne, l’Orchestre Symphonique du Grand Montréal, l’Orchestre National d’Ukraine, l’Orchestre Symphonique d’Etat de Moscou, le BBC National Orchestra of Wales, l’Orchestre Symphonique de Busan (Corée), l’Orchestre Musica Vitae de Suède, l’Orchestre Symphonique de Québec, l’Orchestre Symphonique de Lucerne, l’Orchestre Symphonique de la RTV de Slovénie, l’Orchestre Symphonique de Wuhan (Chine), les Orchestres Nationaux de Lille, d’Ile de France, de Lorraine, les Orchestres Philharmoniques de Strasbourg, de Monte Carlo...

Ses enregistrements parus en solo et en duo avec le pianiste Pascal AMOYELl ont tous été récompensés par la critique nationale et internationale (Gramophe, ffff Télérama, Cannes classical award, Diapason d’or…). 

Elle est directrice artistique du Festival de violoncelle de Beauvais depuis 2012.

Son dernier disque consacré à l’Intégrale des Suites de Bach sur violoncelle baroque est paru à l’automne 2019 (Harmonia Mundi).

Programme

Johannes Brahms (1833 - 1897) - lied « immer leiser wird mein Schlummer "


Johannes Brahms - Sonate n.1 en mi mineur pour violoncelle et piano op38


Robert Schumann (1810 - 1856) - extraits du Carnaval: Pierrot, Arlequin, Valse noble, Eusebius

Edvard Grieg (1843 - 1907) - Sonate n.1 en la mineur pour violoncelle et piano op36